Edito de Novembre

‘‘Socrate et les réseaux sociaux !!’’Greek Philosophers - Antiquity

 

Ah les réseaux sociaux…. Que serait le monde aujourd’hui sans ces grands espaces de communication où le meilleur côtoie souvent le pire….. Pour autant, bien des mouvements sociaux ou non, populaires souvent, doivent à ces réseaux d’être connus, voire reconnus ou mieux encore plébiscités et aboutis dans quelques cas !

Toutefois, le ‘’vulgom pecus’’ peut déverser pêle-mêle à destination de la terre entière (ou presque) le menu de son petit-déjeuner, des réflexions profondément philosophiques, humanistes ou sa haine d’une partie du genre humain juste parce qu’elle montre sa différence d’avec lui !

Réseaux donc…….. ça c’est sûr ! Sociaux, c’est moins évident ; surtout lorsqu’on constate le nombre d’âneries, voire de purs mensonges qui peuvent faire la une de la toile (d’araignée….Of course).

Combien de ces ‘’scoops’’ à partager absolument (pour que tout le monde en profite), finissent à la rubrique ‘’Hoax’’, autrement dit ‘’intox !

Que ne sommes-nous aussi rigoureux que les  journalistes qui vérifient systématiquement toute information avant de la publier, pour éviter ce genre d’avanie en une d’un journal (papier ou télé…).

Et du coup, ça m’a ramené à une histoire que beaucoup d’entre nous connaissent et qui  est ‘’attribuée‘’ à Socrate –chantre de la sagesse – qui aurait eu une conversation – il en a eu beaucoup en marchant avec ses amis et ses élèves- avec quelqu’un de son entourage, dont la teneur est à peu près celle-ci :

Quelqu’un, donc, vient trouver Socrate et lui dit :

« Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami? Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires : Les 3 passoires?

Mais oui, reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires.

La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai?  Non, j’en ai simplement entendu parler…

– Très bien, tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

– Ah non alors! Au contraire.

– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain qu’elles soient vraies. Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité.

– Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?- Non, pas vraiment.

Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bon, ni utile……..  »Pourquoi vouloir me le dire ? »

Est-ce que ces quelques lignes pourraient nous être utiles pour ‘’décoder’’ les informations –de tous ordres- dont nous sommes quotidiennement bombardés ?

Est-ce que nous pouvons filtrer ce qui nous est envoyé par ‘’le monde’’ qui nous entoure, au travail comme dans notre vie personnelle ? Utiliser cette méthode de façon générale dans nos rapports à l’extérieur ?

Qu’est –ce que je peux m’offrir comme moyens en la matière :

Garder mon libre-arbitre….. Ne pas croire ‘’sur parole’’……..Evaluer ce que ça génère chez moi, analyser précisément l’interprétation que je fais des éléments qui me sont donnés ?Autant d’actions concrètes qui m’aident à rester dans la réalité, dans le vérifiable, l’observable….

Le prix de cette posture est que ce n’est pas toujours confortable, ni facile de garder son ‘’quant à soi’’ à la face du monde alors que celui-ci vous pousse à rejoindre la meute!

Les bénéfices qu’elle procure sont nombreux, éviter les jugements hâtifs et erronés ; être en accord avec Soi et notamment ses valeurs; garder son libre-arbitre ; poser ses limites face à son environnement…..Autant de choses qui montrent que je suis l’acteur de ma vie, que c’est moi qui décide de ce que je tiens pour vrai!

Êtes-vous toujours parfaitement à l’aise avec ce genre de questions ?

Est-ce vous qui régulez le flux des informations que vous acceptez de recevoir ?

Est-ce vous qui déterminez votre place et le périmètre qui va avec dans vos différents réseaux ?

Quelle est votre distance sociale de confort !

Si vous hésitez face à ces questions très simples, un mail, un clic : 

Share on FacebookShare on LinkedIn

Comments are closed.